Il faut vivre en intelligence avec notre société et se rebeller contre ses conséquences.
Jean Baudrillard

idées

société

humanités

sciences

être

moteur de recherche

éditorial

agenda

Photo choisie au hasard

lettre d'info

contact

à propos

à l'école du possible

enjeux

connaissances

possible en actes

Imprimer cet article

Jouer du sujet et de la situation

masque  Valabregue Antoine — 01/01/2015

Jouer du sujet et de la situation, tel est l’enjeu que j’aimerais partager avec vous pour cette année en cours.

Le sujet est ce qui marque l’évolution spécifique de cet animal étrange qu’est l’homme. Apparu il y a 27 siècles de façon concomitante en Chine et en Grèce, il s’est déployé de façon très différente en Orient  et en Occident. Le sujet, qui a connu une percée spectaculaire avec le Christ, est ce qui, depuis la Renaissance,  constitue le fer de lance de la Liberté. La Liberté étant le nom du mythe qui se substitue à celui de l’Amour qui a, somme toute, montré ses limites à travers notamment tous les massacres. A l’époque de la liberté, il s’agit de se respecter, de se faire respecter, ce qui nécessite une autre énergie, une autre écoute que celles nécessaires à l’amour.

La situation, c’est ce dans quoi le sujet déploie son existence. Aujourd’hui, au plan mondial, elle est dominée par la non prise en compte du long terme via la question climatique, l’acidification des océans, les déforestations massives, la non conscience de la finitude des matériaux qui participent de notre niveau de vie, la montée en puissance d’une  chimie qui détruit les équilibres vivants et conduit à une explosion des épidémies en tous genres, la finance à la nano seconde, la fin du travail, et tout ce qui est lié à l’adoration de la marchandise.

Vouloir confiner les sujets à de simples exécutants dignes d’être remplacés par des robots est un leurre, croire qu’on peut ignorer la situation en est un autre. C’est entre ces deux écueils que devrait s’édifier un nouveau positionnement.

Les drames des sujets ont pour nom l’histrionisme qui alimente la représentation permanente, les délires paranoïaques( qui engendrent les rigidités) et schizoïdes(qui déploient les évitements) comme le rappelle avec bonheur une des étoiles montantes de notre époque : Cynthia Fleury. Ne nous y trompons pas l’hyper narcissisme cache un profond désespoir d’impuissance face à la situation.

Voici un cocktail possible pour réduire ces pathologies.

  • Faire l’effort de se centrer au voisinage de l’essentiel. Ne pas hésiter, pour cela, à élargir et rétrécir l’espace et le temps relatifs à une question.
  • Respirer toujours plus profondément devant et derrière le tronc, s’asseoir sur les ischions, marcher en étant attentif à ses appuis. Etre attentif au rythme.
  • Faire des diètes régulières face à toutes les addictions que nous repérons.
  • Pratiquer la pédagogie du détour. ?
  • Offrir quelque chose de soi à toute personne en détresse.
  • Cesser de se culpabiliser inutilement, de dénigrer, et se responsabiliser le plus souvent.
  • Contacter la beauté du monde.

Tenter, sur ces bases,  d’élaborer des solutions collectives. Nous vous en proposerons très bientôt.

Portez vous bien.

Commentaire(s)

Utilisateur Anonyme, le 02/01/2015 11:20:25

J'aime bien la notion de fin de la culpabilisation

Héritage et fruit de l'incomplétude

de la connaissance de soi

des autres

De notre nature même

De son monde

De notre devenir

Trés bonne santé IMP à tous pour 2015

Utilisateur Anonyme, le 02/01/2015 19:19:33

Contacter la beauté du monde, t'as son portable ? Putain Tonio, t'es trop fort. Le coup des diètes régulières et des addictions qu'il faut repérer, ça yes, c'est important, c'est un bon tuyau, et j'invite aussi les potes à les faire, les diètes. On pourrait avoir déja cessé de se culpabiliser et se déresponsabiliser totalement, cela nous déculpabiliserait définitivement, je ne me sent pas responsable de ce que le monde est devenu ! Putain, quand j'était petiot, je voyais bien comment qu'il était le monde, sa beauté précisément, et puis les mathématiques la littérature et l'argent se sont chargés de me dire que je n'étais qu'un enfant et que le monde hé bien c'était pas ça ! Alors j'ai pris, c'est vrai, un chemin marginal, artistique, et je suis tombé sous la coupe de l'hypocrisie.

L'art de l'acteur ( Hypocrités, en Grec) m'a appris à toujours sentir et connaitre les appuis de mon corps, j'ai pas eu besoin de faire du Golf pour ça. Respirer devant et par le cul aussi les acteurs pratiquent ça.

J'aimerai, Tonio, que tu jettes ton portable et que tu arrêtes de faire des photos très connes que tu fourre sur facebook, j'aimerai que tu refuses ta retraite de prof et que tu viennes réouvrir les dizaines d'écoles qui ferment dans le Lot, et qu'avec les gens perdus de ces campagnes en voies de décomposition , on reconstitue des écoles complétement hors pistes, hors programmes, en apprenant tout ce qu'on nous a enlevé, et redonner ce que nous n'avons jamais eu.

Je t'aime bien.

tusékisé

Non pas Nonyme, Lry : Lionel, le 03/01/2015 18:14:18

Faire des diètes ???

Oui et aussi des exercices physiques pour éliminer les excès des fêtes de fin d'année, comme les normalisateurs de la télé nous le conseil s'imaginant sans doute qu'excepté LE sans abri vu à la télé, tout le monde s'éclate en festivités ... et va aux sports d'hivers !

Mais combien de millions sont dans ce cas, combien de nos concitoyens étaient dans l’excès en cette fin 2014, combien on plutôt regardé l'avenir avec inquiétude ?

Perso la diète, les diètes, ne se justifieront pas et je n'ai pas besoin d'aller à l'église le dimanche pour me faire pardonner quoi que ce soit et repartir en sachant que j'ai de nouveau six jours pour des excès de tous genres que je me ferai pardonner à nouveau dimanche prochain

Par contre j'aurai surement à me faire pardonner le 25 si samedi 24 janvier 2015 à Pont L’Evêque : http://bassenormandie.eelv.fr/2014/11/26/deviation-de-canapville-pour-eelv-cest-non-a-la-derogation-cherchons-dautres-solutions/

si donc je vais emmerder nos créateurs de projets inutiles et encore plus si je n'y vais pas

Meilleurs vœux à tous bon courage et soyez de tous les (bons) combats

Pour cela je vous souhaite une (très) bonne santé (ce que je n'ai plus toujours)