Les barrières sont vaines, mais les paradis sont bornés

Colette

idées

société

humanités

sciences

être

moteur de recherche

éditorial

agenda

Photo choisie au hasard

lettre d'info

contact

à propos

à l'école du possible

enjeux

connaissances

possible en actes

Imprimer cet article

Faire évoluer les mentalités. Point de départ.

masque  Valabregue Antoine — 12/09/2011

Quelles sont les conditions permettant d’espérer une évolution en profondeur des mentalités ?

Qu’est ce qu’un changement de mentalité ?

C’est une Evolution vers une prise en compte systémique des problèmes et non plus seulement causale et linéaire.

Arrêtons de dire par exemple que  la cause de nos problèmes c’est l’ultra libéralisme et demandons nous pourquoi il est si puissant et comment s’en affranchir !

 

Comment oeuvrer mieux pour que ce changement de mentalité  soit effectif? Quels sont les arguments que nous devrions utiliser, les actions que nous devrions mener ?

 

Dans une première approche, je dirais que le changement de mentalité que nous devons promouvoir ( et vérifier chaque jour que nous  ne nous en écartons pas, par des biais plus moins subtils) a à voir avec

  • Les choses sont étroitement mêlées les unes aux autres.

o  En particulier, Il faut abandonner l’illusion de la causalité pour décrire les choses.  Je l’illustrerais par la position actuelle sur l’inné et l’acquis ( le génétique et l’épigénétique)- parfaitement résumée dans le dernier numéro de « Science et Vie ). Aujourd’hui on sait que l’un et l’autres sont importants et qu’il est  et sera impossible de déterminer la part de l’un et de l’autre.

  Lorsque nous sommes face à un conflit disons : Pour certains c’est important, pour d’autres moins. J’imagine alors la solution suivante : sur le terrain, une équipe discute entre elles des modalités de résolutoire en prenant en compte les sensibilités exprimées. Qu’est ce que cela implique comme organisation, comme degrés de libertés, comme contraintes ?

Vous pouvez dire ce que vous voulez, si vous faites des objections pour m’expliquer que ce que je dis n’est pas possible, vous participez  au maintien du système actuel et vous perdez toute crédibilité, pour moi, au niveau de la cohérence de vos propos.

  • Le mode de traitement des problèmes est fondé sur un axiome et un pari  « un autre monde est possible », c’est-à-dire un autre état d’esprit, et nous allons le créer ensemble.
  • Il y a d’autres fondements  au changement des mentalités. Par exemple vérifier que chacun  accueille l’autre dans sa singularité, cela s’appelle la bienveillance a priori.  Proposons donc des actions pour cultiver la bienveillance, nous serons gagnant !

Le changement des mentalités passe ainsi par un meilleur accueil des propositions des uns et des autres, une meilleure façon d’intervenir, en évitant des simplifications.

Je sens les » indignados » bouillir  «  qu’est ce qui nous raconte ce gars là, ? L’indignation n’est en aucun cas le fondement de l’écologie, c’est le fondement peut être du parti de gauche  sans doute d’ailleurs du populisme de droite, mais pas de l’écologie politique.

Mais alors me diriez-vous tu ne supportes pas les indignés !  tu es en contradiction avec tes propres propos. Que nenni ! Nous ne devons jamais oublier ce qui nous révolte ( nous en avons tous je crois une liste à peu près commune) et il est parfaitement juste d’entrer en résistance ( la résistance n’est pas de l’indignation mais de l’action).  Entrer en résistance peut se faire de multiples façons et je trouve que nous n’avons pas du tout fait l’inventaire des résistances symboliques  et pratiques que nous pourrions mettre en avant.

 

Commentaire(s)