Le meilleur moment pour acheter, c'est lorsque le sang se répand dans les rues. Même si c'est le votre.
Mobius Marc (PDG)

idées

société

humanités

sciences

être

moteur de recherche

éditorial

agenda

Photo choisie au hasard

lettre d'info

contact

à propos

à l'école du possible

enjeux

connaissances

possible en actes

Imprimer cet article

Pédagogie de la simplexité

masque  Valabregue Antoine — 15/02/2005

A quoi sert un monde qui fabrique des maisons inondables ? etc.

La pédagogie de la simplexité consiste à donner du sens aux événements.

Verra-t-on un jour, dans les écoles de France et d’ailleurs, ce programme en en quatre temps ?

Dans chaque temps : repérage, travail et évaluation des résultats.

L’estime de soi

  • Prendre en compte le corps, les sens et les émotions.
  • Examiner sa capacité à accepter la douleur, et à rechercher le plaisir.
  • Evaluer son désir de vie.
  • Repérer son attitude face à la reconnaissance et au rejet.
  • Identifier son rapport aux réussites et échecs rencontrés.
  • Analyser l’importance accordée aux comparaisons avec autrui.

La lucidité

  • La façon dont chacun se comporte vis à vis de ses intuitions, de ses sensations, de ses perceptions, (ce qu’on appelle l’écoute, mais qui n’est jamais, au grand jamais sérieusement abordé).
  • La capacité à s’évaluer soi-même.
  • La capacité à repérer les frontières entre dedans et dehors.
  • La capacité à identifier les dynamiques de croissance et de décroissance.
  • La capacité à évoluer : le sentiment du possible
  • La manière de vivre la temporalité, et sa propre finitude.

Le rôle de la mémoire et de l’oubli

  • La capacité d’associer et de dissocier.
  • La capacité à prendre des risques et à apprécier le danger.

Le rapport à la réalité

  • La capacité à prendre en compte l’autre : rôle de la diversité
  • L’aptitude à considérer l’invisible, l’implicite, l’inconscient.
  • Le positionnement par rapport à l’inconnaissable, l’indicible, le transcendant.
  • La relation avec du très différent par l’exploration de son rapport au stable et à l’instable, au plein et au vide, au signifiant et à l’insignifiant, au logique et à l’illogique.
  • Son rapport à l’autorité.
  • Son rapport au masculin et au féminin
  • Son rapport au groupe.
  • Son rapport avec la nature.

Commentaire(s)